30 innovations accompagnées par TVT Innovation : OPTIS

30innovations_optis.jpg
  • Publié le vendredi 13 juillet 2018
  • Rédigé par GONZAGA Sarah 
  • TVT Innovation fête ses 30 ans

#30ANSTVT 

OPTIS 

30 INNOVATIONS ACCOMPAGNÉES PAR TVT INNOVATION

Lorsque Jacques Delacour obtient son diplôme d’ingénieur de l’Ecole Supérieure d’Optique de Paris, il a déjà commencé à poser les bases de ce qui sera plus tard son premier logiciel de simulation optique. 
Il poursuit ce travail en fondant, en 1989, OPTIS WORLD, et développe SOLSTIS, en partant de l’idée que la simulation optique peut s’appliquer à la conception de tous les objets, en particulier les objets lumineux.

La société compte alors deux employés, et se tourne dans un premier temps vers l’innovation laser et la photométrie, avant d’entamer une orientation vers les domaines industriels.
Elle propose une approche de la simulation de la lumière originale, en avançant comme postulat de départ que ce que l’on voit est avant tout de la lumière. 
En d’autres termes, les simulations d’OPTIS sont basées sur ce que l’œil voit.

L’équipe a donc développé des logiciels, qui permettent de simuler le rayonnement de sources de lumière, la façon dont les surfaces renvoient cette énergie, mais aussi la perception visuelle qu’on en aura.
Cette notion d’énergie – qui n’est pas prise en compte par les autres éditeurs de simulation, et ce, afin de simplifier les calculs et les algorithmes – est au cœur de la simulation proposée par OPTIS : c’est ce qui fait qu’elle est physiquement réaliste à 100%.

Le logiciel de simulation SPEOS, né en 1994, et une suite de logiciels VR, sont venus compléter le portefeuille d’OPTIS au fil des avancées technologiques de l’entreprise.
La force d’OPTIS consiste à réunir plusieurs savoirs faire, qui sont l’optique, l’informatique, la VR et jusqu’à l’acoustique.

Ces logiciels de simulation, dont certains peuvent à première vue rappeler de véritables jeux vidéo, sont si réalistes qu’ils sont adoptés par les plus grands noms de l’automobile (Ferrari, Jaguar, Bentley), l’architecture, l’aéronautique (Airbus) ou encore l’électronique (Canon, Nikon, LG), afin de remplacer leurs prototypes physiques.
Ils s’adressent en priorité à des ingénieurs et à des designers.

OPTIS a rencontré l’équipe de TVT dès le début de sa création en 1989, et a bénéficié d’un solide accompagnement dédié aux entreprises. 
Jacques Delacour se souvient de ce soutien qui enveloppait, entre autres, l’identification des aides disponibles, ou encore le montage de dossiers.
Il évoque en particulier les rencontres au cœur du réseau de partenaires et d’industriels tels que ECA ou l’IFREMER, qui sont devenus par la suite des clients.

L’expertise d’OPTIS est aujourd’hui reconnue au niveau mondial, auprès de plus de 2500 clients, mais aussi auprès d’un vaste réseau de partenaires et d’éditeurs.
L’entreprise emploie 270 personnes, et possède cinq centres de recherches et développement, ainsi que des filiales dans plus de 12 pays. 
Elle est devenue une référence en termes d’innovation dédiée à la simulation optique, en particulier dans le récent domaine de la réalité virtuelle et du véhicule autonome. OPTIS exporte plus de 95% de son chiffre d’affaire à l’étranger.

Ce printemps, OPTIS a rejoint le géant américain de la simulation physique, ANSYS. L’acquisition permettra d’étendre le portefeuille de solutions mutiphysiques d’ANSYS à la simulation optique, qui occupe une place croissante dans le développement de produits à l’heure actuelle.

Haut de page