Moteur de recherche : Cuil, un nouveau challenger pour Google

  • Publié le mardi 29 juillet 2008
  • Rédigé par FEKRANE Catherine  
  • Numérique

Pour la première fois depuis longtemps sur le marché des moteurs de recherche, un petit nouveau semble avoir le potentiel pour mener sa petite révolution. Ce n'est pas un hasard. Cuil, (prononcez « cool ») a été lancé hier par une équipe menée par plusieurs anciens du Googleplex.
Dans la journée d'hier, à peine lancé, le petit nouveau des moteurs de recherche, Cuil (prononcer « cool ») flanchait déjà par excès de popularité : trop de connexions ont momentanément débordé les serveurs. Créé par deux anciens employés de Google, Anna Patterson et Russell Power, avec Tom Costello, de l'université de Stanford, Cuil est en effet considéré par la plupart des analystes comme très prometteur. La jeune équipe (30 personnes) est d'ailleurs parvenue à réunir 33 millions de dollars pour son lancement.

Il se targue d'avoir 120 milliards de pages indexées, quand Google refuse de communiquer sur ce sujet, (selon Anna Patterson, Google aurait 40 milliards de pages indexées). L'équipe a mis au point un algorithme de recherche qui prend en compte les mots dans leur contexte (une recherche sur Paris distingue les hôtels à Paris, de la ville de Paris ou de Paris Hilton...). Cuil mise également sur une présentation plus agréable, en colonnes, des onglets et des outils pour affiner les recherches par catégories, et une politique de respect de l'anonymat des utilisateurs pour conquérir son public.

Défauts de jeunesse

Pour l'heure, Cuil n'est vraiment pertinent qu'en anglais, ne propose pas de recherche avancée, et fait encore preuve de nombreux défauts. Mais l'arrivée sur le marché des moteurs de recherche d'un challenger potentiel pourrait changer une hiérarchie bien établie. En juin, selon comScore, Google concentrait 61,5 % des requêtes aux États-Unis, Yahoo !, 20,9 % et Microsoft, 9,2 %. Les trois ogres se font la guerre pour fidéliser les internautes : plus de requêtes sur leurs moteurs signifient plus de recettes publicitaires. La publicité représente 97 % des quelque 20 milliards de dollars de revenus annuels de Google.

En son temps, le leader des moteurs avait détrôné AltaVista grâce à son système PageRank qui hiérachise les réponses par popularité des sites. Bientôt, Cuil aussi affichera de la publicité dans ses pages de résultats.

Source : Innovation Le Journal du 29/07/08 http://www.innovationlejournal.fr/spip.php?article3083

Haut de page