Processus d'innovation : De l'utilité des sciences humaines

  • Publié le jeudi 16 octobre 2008
  • Rédigé par FEKRANE Catherine  
  • Création et Développement de l'innovation

Que peuvent apporter les sciences humaines à l'innovation ? C'est l'une des questions qui a été posée hier, à l'occasion du 7ème Forum annuel « Economie Recherche Innovation » organisé par Les Echos, à La Défense (92). Pour y répondre, Philippe Mallein, sociologue au CNRS a exposé le rôle majeur des sciences « molles » dans le processus de réussite de l'innovation, en présentant les travaux multidisciplinaires du laboratoire des idées « Minatec Ideas Laboratory », basé au coeur du pôle d'expertise grenoblois « Minatec » dédié aux micro et nanotechnologies.

Les sciences « molles » ont-elles un rôle à jouer dans le processus d'émergence de l'innovation ? « Oui ! Faire travailler des chercheurs en sciences humaines avec des ingénieurs et des microélectroniciens permet de réfléchir le plus en amont possible au potentiel usage des nouveaux objets imaginés. Car si les produits conçus n'ont pas de sens pour les utilisateurs, aucune innovation n'est créée » a répondu hier, Philippe Mallein, sociologue au CNRS et conseiller scientifique du laboratoire des idées « Minatec Ideas Laboratory », lors du 7ème Forum annuel « Economie Recherche Innovation » organisé par Les Echos, à La Défense (92).

A l'origine de la méthode sociologique CAUTIC, (Conception assistée par l'usage pour les technologies, l'innovation et le changement), qui a pour ambition d'anticiper les réactions des premiers utilisateurs face à l'innovation en identifiant la manière dont ils pensent et conçoivent son usage, le chercheur pilote le « Minatec Ideas Laboratory », depuis sa création en 2003, par le Commissariat à l'énergie atomique de Grenoble (CEA), le groupe STMicroelectronics et le centre de R&D de France Télécom. Basé au coeur du pôle d'expertise grenoblois « Minatec » dédié aux micro et nanotechnologies, le laboratoire d'idée réunit depuis l'Université Pierre Mendès-France et d'autres partenaires industriels comme Essilor (producteur de verres pour lunettes), Rossignol (fabricant de skis et autres accessoires pour les sports d'hiver) et Teamlog Rhône Alpes (ingenierie informatique).

Lire la suite : http://www.innovationlejournal.fr/spip.php?article3427

Haut de page